dimanche 9 janvier 2022

Le bonheur impossible de François Guilbault


 

Publié chez AdA dans la collection Monarque le 21 septembre 2021

496 pages

4e de couverture
Derrière chaque grand personnage historique se cache au moins une histoire d’amour… Le jour où son père devint le pape Alexandre VI, Lucrèce Borgia cessa de s’appartenir. Simple jouet dans le jeu politique du Saint-Siège, à treize ans, on la maria au brutal Giovanni Sforza, maître de Pesaro. Deux ans plus tard, son père la rappelle à Rome, car son divorce se dessine, l’alliance avec les Sforza n’étant plus souhaitée. Elle ne s’en plaint pas. Elle a trouvé l’amour : Pedro Calderon, le camérier du pape. Mais César Borgia, son terrible frère, veille au grain. D’un coup de poignard, il met fin à cette passion indigne des ambitions de la famille.

Mon avis

Je remercie l’auteur pour sa confiance renouvelée et pour le bon moment de lecture. Je recommande de le parcourir à tête reposée, car il contient énormément d’information. J’apprécie qu'il ait créé un lexique avec le nom de tous les personnages à la fin du livre, cela m’a aidé à mieux comprendre le texte. Un autre point positif, il y en a un pour ceux qui sont fictifs et un second pour ceux qui ont réellement vécu. Lucrèce est le personnage central du bouquin, mais vous allez rencontrer plusieurs membres de son entourage.

L’auteur m’a étonné avec ses recherches, le récit débute avec la naissance de Lucrèce. Je ne m’attendais pas à en apprendre autant sur sa vie qui est loin d’être rose. Le roman est écrit à la troisième personne. Toutefois, je me suis attachée à la protagoniste et j’ai pu ressentir autant ses joies que ses peines. Je précise que j’ai visionné que quelques épisodes de la série Borgia, alors j’ai vu lire l’ouvrage avec un regard neuf.

J’ai de l’empathie pour elle, mais ce n’est pas nécessairement le cas pour son père et son frère César. Je sais qu’ils avaient leurs raisons pour agir de la sorte, cela ne change pas que je les trouve froids et calculateurs. Par contre, César est un excellent antagoniste. Il m’a étonné du début jusqu’à la fin. Si je devais choisir mon personnage masculin favori, je voterais pour Sebastiano, un des bons amis de César. Il demeure aux côtés de Lucrèce à travers les intempéries. Vannozza m’a aussi surprise. Je ne m’attendais pas qu’elle soit empathique envers sa fille. Elle fait partie de mon top 5. J’ai bien aimé être témoin de leurs conversations.

Je le recommande à ceux qui adorent les romans historiques. Cette œuvre contient un peu de romance, mais c’est surtout concentré sur la vie de Lucrèce et elle a vécu plusieurs mésaventures amoureuses. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit mariée aussi souvent. Je peux imaginer qu’elle était une femme magnifique et le fait que son père soit Pape a dû l’aider à se trouver des prétendants. Je suggère de lire Napoléon et Maggie d’Irlande du même écrivain. D’ailleurs, Maggie fait partie de ma liste de mes romans marquants de 2021. Il se surpasse à chacune de ses œuvres.

Extrait  

Il faut découvrir ce qui rend notre époux satisfait.

Comme ?

Le laisser aller à la chasse, s’il aime cela. Ne pas s’affliger qu’il achète beaucoup de livres, si la lecture le passionne. Ne pas se plaindre inutilement, si notre entretien lui tient à cœur. Ne pas retenir ses envies.. (p.119)

Mon entrevue avec l'auteur 

Ma chronique de Maggie d'Irlande 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Virage instinctif de Mylène Bossé

  Publié chez Édiligne le 22 avril 2024 350 pages Lu en format papier 4 e de couverture Chirurgien réputé dans la ville de Whistler...