mercredi 12 mai 2021

Boadicée de François Guilbault


Publié par les éditions Monarque le 13 avril 2021

454 pages

4e de couverture

L’Histoire est remplie de femmes si puissantes qu’elles ont bouleversé leur époque et subjugué leurs contemporains. Des femmes brillantes, influentes, parfois sans pitié… De véritables conquérantes.

Lorsque les légions romaines débarquent sur les côtes de la Grande Île, les guerriers celtes peinent à résister. Le sang coule. Les peuples se soumettent. Les représailles de la conquête sèment la rancoeur à tous vents. Boadicée, princesse des Icènes, est témoin de cette calamité.

Amante du prince, femme du roi, mère des héritières, elle ne peut éviter son destin.

Elle refuse de céder les terres des Icènes aux Romains. Les infamies qu'ils lui font subir font resurgir en elle toute la colère et la violence que la déesse Andrasta y avait enfouies.

Boadicée appelle les peuples à la vengeance. Tout ce qui est romain doit disparaître de la surface de la terre. Andrasta l’exige.

Mon avis

Je remercie l’auteur pour ce service de presse et sa confiance. J’ai adoré son écriture dans ses autres romans et c’est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle œuvre de sa part. En général, j’ai bien aimé l’histoire de Boadicée, un personnage que je ne connaissais pas avant de parcourir ce roman.

Malgré les quelques longueurs, j’ai remarqué que l’écrivain a fait des recherches exhaustives avant de l’écrire. Je le recommanderais aux amateurs d’histoire qui désirent en apprendre plus. L’évolution de Boadicée est le thème principal. J'ai noté quelques passages romantiques, mais peu comparés à ce que j’ai l’habitude de lire. Je n’ai pas été déçu, j’aime bien varier les genres littéraires.

On retrouve un index des personnages à la fin du bouquin et il m’a été très utile. Je m’y référais, car plusieurs personnages (fictifs et réels) apparaissent et ce n’est pas évident de démêler le tout. Cela aidait aussi à savoir s'ils avaient réellement vécu.

On parle rarement de la culture celte et je remercie l’auteur d’avoir écrit une œuvre sur ce sujet. J’ai perdu le fil par moment, mais en relisant, je retrouvais la motivation de découvrir Boadicée. Ce n’est pas nécessaire de connaître son histoire avant de parcourir ce roman, mais je suggère de prendre le temps de bien le parcourir pour ne pas manquer d’informations. Tout comme Catherine II, elle est une femme forte qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle a dû prendre des décisions difficiles et c'est ce qui la rend remarquable. 

Les personnages principaux sont bien écrits et on apprend plus sur leurs croyances et leurs styles de vie. La famille était une valeur importante pour Boadicée et c’est ce qui lui a peut-être causé sa perte. Je vous laisse le découvrir le déroulement.

Les scènes de bataille sont intenses, j’ai dû retenir mon souffle plus d’une fois en craignant que certains n’en reviennent pas vivants. Je connaissais un peu la ténacité des Romains, mais celle des Celtes m’a plus que surprise. C’est la partie du livre qui m’a le plus intéressée.

Avec le retour à la vie normale à l’horizon, je vais avoir moins de temps pour lire. Toutefois, François Guilbault va demeurer dans ma liste d'auteurs à suivre et je n’ai pas l’intention de ne manquer aucune de ses œuvres. 

Ma chronique des plaines de la Nouvelle-France

Ma chronique sur 13 étoiles - Tome 1

Ma chronique sur 13 étoiles - Tome 2

Ma chronique sur Révolution 

1 commentaire:

Le week-end sans signet 2021

La deuxième édition se déroulait du 29 juillet au 1 août 2021. Il y avait 4 catégories et deux bonus. J'ai réussi à lire mes 4 livres qu...